J'AI BIEN ESSAYE, MAIS...

C'est derrière un voile, parce que je préfère être entrevu, que j'observe, je scrute, j'attends. Ça fait maintenant 10 mois, 2 semaines, 1 jour, 4 heures et une cinquantaine de minutes que j'attends. On m'a dit de ne rien toucher, alors depuis, je ne touche plus. Je n'ai plus qu'une paire d'yeux pour observer, scruter et te regarder à travers des souvenirs qui s'enfuient déjà. Comme tous les matins, je prépare le petit déjeuner, mais tu n'y as pas touché. Ça ne fait rien, je réessaierai demain. Et en même temps, je me demande...que puis-je attendre de demain sachant qu'aujourd'hui, qui se répète à l'infini, n'a plus que la saveur d'une biscotte desséchée, d'un café froid et de quelques céréales détrempées par une cuillère de yaourt aigre. Je rêve de voyage, d'un voyage avec toi, ne serait-ce qu'un seul, mais la machine est rouillée, l'inertie bat la chamade dans un corps criblé d'ennuie. Au plafond, il y a les moutons. J'ai bien essayé de baisser le voile, de me montrer au grand jour, mais voilà 10 mois, 2 semaines, 1 jour, 4 heures et une cinquantaine de minutes qu'il fait noir tout autour.